retour page précédente |
 

BILLET DE CHLORATE DU MOIS D'AVRIL 2004
Autohypnose

La dernière fois que je me suis mis en autohypnose, je n'ai rien compris. La dernière fois, c'était tout de suite, parce que j'en sors. Très amusant de ne rien comprendre, et surtout très reposant. Vous laissez tout, vous n'attendez rien. Vous vous asseyez et vous savez que dans un quart d'heure, vingt minutes, une heure, vous vous retrouverez en train de vous réveiller de ce qui n'est pas un sommeil, mais une transe hypnotique. Pendant la transe, vous ne savez même pas si c'est une transe ou non, si vous faites semblant ou non, bref si vous trichez ou pas. Quand vous vous réveillez, vous savez indubitablement que vous avez été en transe. Comme il est bon d'avoir un esprit inconscient et de se laisser guider par lui! Confortable, simplificateur, reposant.

Avant cette autohypnose, j'avais la tête bien embrouillée avec un poids de soucis dans les muscles. Maintenant, je suis à ce que je suis. Très curieux. Je vais en faire plus souvent. C'est toujours ce que je dis quand je sors d'hypnose. Mais après, mon esprit conscient cherche à reprendre tous ses droits, et même il abuse: il a une vieille tendance perverse à devenir dictatorial et à prétendre s'occuper de tout. D'où les soucis dans les muscles et une consommation exagérée de glucose par les neurones cérébraux.

Pendant la transe m'est revenue le souvenir de cette femme qui faisait trois cents kilomètres pour s'asseoir dans mon bureau et fermer les yeux quelques minutes. Une fois que, derrière ses paupières closes, elle avait vu ce qu'elle cherchait, elle était contente et repartait. Ce qu'elle voyait, c'est une lueur violette. Alors, elle rouvrait les yeux et me disait: "J'ai vu mon violet"; En cinq séances de "violet", elle a remis de l'ordre dans sa tête, dans son coeur et dans sa vie. Cela tient à peu de choses, non ?

Comme me le dit mon marchand de légumes tous les samedis, "pourquoi se compliquer la vie?" Je crois qu'un grand but dans la vie est de la simplifier. Est-ce un but ou un moyen, je n'en sais rien. En tout cas, passer sa vie à simplifier me paraît une belle aventure. Quitter le multiple, l'éparpillement. Elaguer. Aller à l'essentiel, toujours un peu plus. Et l'hypnose est un merveilleux moyen au service de ce but ou de ce moyen. Le bonheur est le but. Le bonheur est aussi un moyen. Voilà que je fais de la mystique.

Mais pourquoi donc, dans cette hypnose, ai-je regoûté au contact et à l'odeur de la peau de mon père? C'était il y a tant d'années déjà. Je laisse le pourquoi et je savoure.

 
retour page précédente |